HISTOIRE DE LA LANGUE TOTONAQUES

Les langues totanaques (ou langues totonak-tepehuas) désignent une famille de langues amérindiennes parlées au Mexique, notamment dans les Région de Veracruz, Puebla et Hidalgo.

On distingue deux principales branches encore actives parmi la famille des langues Totonaques. Il s’agit du dialecte Totonaque parlé par plus de 200 000 locuteurs selon les chiffres de l’Unesco, et le Tépéhua qui est également un dialecte parlé par quelque 16 000 locuteurs toujours selon l’Unesco.

La division entre les branches Totonaques et Tépéhua a été motivée sur la base de comparaisons lexicales et d’autre part, par un ensemble de caractéristiques morphologiques.

La phonologie

Il y a quelques différences dans la phonologie des différentes variétés de Totonaque et Tepehua, mais le phonème peut être considéré comme un répertoire typique de la langue totanaques (Source : Aschman 1946).

Les consonnes

Nasal, Plosive (se prononce la bouche fermée.), Affricate, Fricative et Approximative.

Le recensement des consonnes est essentiellement équivalent à celui reconstruit pour proto-Totonacan par Arana Osnaya (1953), à l'exception des deux dernières fricatives, /x/ et /h/. La plupart des langues modernes ne possèdent phonétiquement qu'une seule de ces langues, mais elles présentent des variations allomorphes entre les deux, l'une ou l'autre étant considérée comme fondamentale.

Cependant, on rapporte que Coatepec Totanaque possède les deux phonèmes (McQuown 1990), et des reconstitutions plus récentes de la liste des consonnes proto-totanaque ont proposé les deux consonnes dans cette langue. Selon (Davletshin 2008 ; Brown et al. 2011).

Somme toute, le ton glottal est un phonème marginal dans la plupart des langues, il est principalement posé pour des raisons morphologiques ; le système phonologique est assez typique de la Méso-Amérique.

Les voyelles

La majorité des langues totanaques possèdent un langage à trois voyelles, chaque qualité faisant des distinctions de longueur et de laryngalisation. Cependant, Tepehua a éliminé la laryngéalisation phonémique des voyelles et a des arrêts éjectifs, où Totonaque a des voyelles grinçantes précédées d'arrêts (selon : Arana Osnaya 1953).

La grammaire

D'un point de vue typologique, la famille Totanaque-tepehua présente un profil assez cohérent et présente de nombreuses caractéristiques du type aréal méso-américain. Les langues totanaques sont très agglutinantes et polysynthétiques avec un alignement nominatif/accusatif et un ordre constitutif flexible régi par une structure d'information.

Les relations syntaxiques entre le verbe et ses arguments sont marqués par l'accord avec le sujet et un ou parfois un ou deux objets. Il n'y a pas de cas morphologique sur les noms et beaucoup de langues dans la famille manquent de prépositions.

Les chiffres qui quantifient les noms portent des préfixes de classification, ce qui est inhabituel du point de vue inter linguistique, car les classificateurs d'affixes sont fréquemment des suffixes (Aikhenvald 2003).