HISTOIRE DE LA LANGUE PEULS

Selon les recherches de Cheikh Anta Diop, célèbre scientifique sénégalais, les Peuls seraient originaires de la vallée du Nil, en Egypte. Ou plus précisément du Sinaï, explique l’écrivain guinéen Tierno Monénembo (Diallo de son véritable nom), auteur d’un roman, Peuls (Seuil, 2004), qui retrace l’épopée de son ethnie.

Les Peuls appelés aussi Foulani ou encore Fellata selon les pays, parfois, orthographié peulh et appelé aussi fulfulde ou pular (pulaar), est la langue maternelle des ethnies peules, et aussi une langue seconde employée en Afrique de l'Ouest notamment comme langue véhiculaire par d'autres ethnies africaines (Source ; Wikipedia)

Les Peuls sont un peuple traditionnellement pasteur, c’est un peuple essentiellement musulman dispersé dans de nombreuses régions d'Afrique de l'Ouest, du lac Tchad, à l'est, à la côte atlantique. Ils sont concentrés principalement au Nigeria, au Mali, en Guinée, au Cameroun, au Sénégal et au Niger. La langue fulani, connue sous le nom de Fula, est classée dans la branche atlantique de la famille des langues Nigéro-Congolaises.

L'interaction des Peuls largement dispersés avec d'autres groupes disparates a produit une variété de modèles socioéconomiques. Les Peuls étaient à l'origine un peuple pastoral dont la vie et l'organisation étaient dominées par les besoins de leurs cheptels. Les Peuls pastoraux jouissent aujourd'hui d'un plus grand prestige que les Peuls citadins et les Peuls agricoles sédentaires, car ils sont les plus représentatifs de la culture peulane. L'interaction avec d'autres groupes a parfois entraîné un degré considérable d'absorption culturelle.

C'est notamment le cas dans le nord du Nigeria, où peut-être la moitié des Peuls ont adopté la langue et la culture haoussa et où, à la suite d'une série de guerres saintes (1804-10) visant à purifier l'Islam, ils ont établi un empire, s'imposant comme une aristocratie dominante.

Les Peuls urbains sont les plus ardemment musulmans ; les Peuls pastoraux sont souvent laxistes et parfois même non-pratiquants.

Les pasteurs présentent également une variation beaucoup plus grande des traits physiques. Ils errent en groupes nomades, construisant des camps temporaires de huttes portatives. Certains de leurs produits laitiers sont échangés sur les marchés contre des produits céréaliers ; les bovins sont rarement tués pour de la viande. De nombreux Fulanis (peuls) sédentaires, qui sont souvent devenus sédentaires en raison de l'épuisement de leurs troupeaux, possèdent également du bétail, mais ils dépendent principalement de la culture.

L’alphabet de la langue Peuls

Il existe différentes façons d'écrire le Peul dans les différents pays où il est parlé. La plupart utilisent l'alphabet latin, mais l'alphabet arabe a également été utilisé, de même qu'un alphabet appelé Adlam, qui a été inventé dans les années 1980 en Guinée par Ibrahima et Abdoulaye Barry, deux frères guinéens qui ont décidé que leur langue, le fulani, avait besoin de son propre alphabet. Le nom de l'alphabet vient des quatre premières lettres, A, D, L et M.

Texte en caractères arabes

L'écriture arabe (Ajami) a été adaptée pour écrire le peul après les conquêtes arabes de l'Afrique.

Alphabet latin Peul

L'alphabet latin a été introduit dans les régions de langue peuls (Sénégal, Gambie et Mauritanie) par les missionnaires européens, les administrateurs coloniaux et les universitaires. Ils ont conçu un certain nombre de façons de rédiger le peul. Certaines des conventions actuelles utilisées dans l'écriture du peul ont été établies lors d'une conférence sur les orthographes des langues africaines tenue à Bamako au Mali en 1966.