HISTOIRE DE LA LANGUE NEPAL OU LE NEPALAIS

Le Népalais est une langue indo-aryenne avec environ 17 millions de locuteurs au Népal, au Bhoutan, en Birmanie et en Inde. Autrefois le népalais était connu sous le nom de Khas Kurā et était la langue du royaume Khasa, qui régnait sur les contreforts de ce qui est à présent le Népal aux XIIIe et XIVe siècles. Le népalais a fait son apparition en écriture au 12e siècle après JC. Il est écrit avec l'alphabet Devanāgarī, qui s'est développé à partir de l'écriture Brahmi au 11e siècle après JC.

C’est une langue indo-aryenne de la famille des langues indo-européennes. Historiquement, la langue népalaise est originaire de la région des collines du Népal, dans l'ouest du pays. Les Montagnards ont migré vers l'est il y a environ cinq cents ans et se sont installés dans les vallées du bassin du Gandaki. La langue a beaucoup évolué avec eux et s'est développée au cours des quelques centaines d'années qui ont suivi pour devenir la langue népalaise que nous pouvons reconnaître aujourd'hui.

La langue népalaise a adopté néanmoins des termes empruntés aux langues sino-tibétaines voisines parmi les plus importantes, comme le newari ou le tamang. On trouve aussi des mots d'origine arabe en népalais à partir de l'ourdou (la variante de l'hindi parlé par les musulmans).

Le népalais à la même grammaire que l'hindi. Par exemple, l'infinitif des verbes hindi est formé avec le suffixe -na ajouté à la racine, alors que ce suffixe est -nu en népalais. Le verbe faire est dit karna en hindi et garnu Comme l'hindi, le népalais est écrit dans l'alphabet Devanagari et peut être lu de gauche à droite.

Le népalais utilise dans son langage deux genres grammaticaux, le masculin et le féminin, sans pronom neutre. Toutefois, en regardant d'un peu plus près la langue, on constate que les pronoms masculins ressemblent davantage à des pronoms neutres en termes de langue, de sorte que l'on peut affirmer que les deux genres grammaticaux dans la langue népalaise sont le féminin et le zéro. Si vous devez désigner un homme ou une femme, dans la langue népalaise, il y a une variété de suffixes pour cela, au lieu de nouveaux mots.

Pour le Népal, la politique linguistique écrite est peu élaborée.  Elle est partiellement décrite dans la Constitution du 9 novembre 1990, qui vient d'être abrogée.