HISTOIRE DE LA LANGUE CHINOISE

La langue chinoise est une langue de la famille sino-tibétaine, Cette catégorie regroupe les langues sinitiques et les langues tibéto-birmanes. Divisée en un grand nombre de langues ou dialectes. Les langues chinoises se sont développées à partir d'une langue commune nommée « chinois classique » dit archaïque.

Le chinois classique est la langue parlée par les chinois Zhou, modèle littéraire écrit des époques postérieures. Avant le XXe siècle, les gens parlaient presque comme aujourd’hui, mais devaient écrire le chinois classique. Le chinois classique des Zhou et ses variantes sont considérés comme une langue écrite standard.

 Le chinois mandarin (c'est-à-dire « langue des Han ».) a été choisi comme la langue commune de la République Populaire de Chine dans l’éducation, l’administration et les médias. C’est exactement en 1956, que le mandarin standardisé s’est imposé.  

 Cette langue trouve son origine (en termes de prononciation et de grammaire) dans les différents dialectes les plus parlés dans les provinces du Nord du pays, notamment celle de Pékin, la capitale. Le mandarin est parlé par 70% de la population chinoise. A côté du mandarin, il y a aussi le cantonais. Cette langue, parlée à Hong-Kong et dans le Sud Est de l’Asie est très connues par l’occident. Elle ne cesse de progresser en termes de nombre de locuteurs.

Etant donné que ces groupes de dialectes et de langues, sont mutuellement intelligibles ; à l’école, une écriture commune formée de caractères monosyllabiques ou sinogrammes est dispensée. Il s’agit d’un élément unificateur qui facilite la communication entre eux. Sachant que plusieurs chinois maitrisent à la fois leur langue ou leur dialecte, ainsi que le mandarin.

Les sinogrammes simplifiés constituent l’une des deux écritures des caractères servant à transcrire les langues chinoises. Ils sont utilisés en république populaire de Chine et à Singapour. Ils sont opposés aux sinogrammes traditionnels, utilisés à Hong Kong, Macao et au Japon. Notons que tout comme l’écriture sumérienne et égyptienne, l’écriture chinoise est l’une des plus anciennes.

L’ouverture de la Chine sur le reste du monde et son développement économique ont débouché sur une véritable révolution linguistique : Le « pinyin », une transcription de la langue chinoise à l’alphabet romain.

Une technique inventée par Zhou Yougouang. Ce n’est qu’en 1979 que l’Organisation Internationale de Normalisation de la République Populaire de Chine a considéré officiellement cette langue comme une « romanisation du mandarin ». Le Chinois a repris donc, 25 sur les 26 lettres de l’alphabet romain. Le « v » a été exclu car il ne sert à rien. 

Cette révolution linguistique a rapproché encore plus, la chine des pays occidentaux. Elle a par ailleurs facilité l’alphabétisation de la population chinoise (qui est aujourd’hui de 95% d’après l’UNICEF).