HISTOIRE DE LA LANGUE MONGOLE

La langue mongole représente un membre de la famille des langues ouralo-altaïques, qui regroupe le turc, le kazakh, l'ouzbek, le Finlandais et le coréen. Le Mongol est agglutinant. Cela signifie que les mots sont constitués en ajoutant cumulativement des suffixes à une racine.

Le khalka est le principal dialecte utilisé dans le pays, et il fait sans aucun doute partie de la langue mongole. De même, de nombreux dialectes sont majoritairement considérés comme n'étant pas mongols, mais peuvent en fait faire partie de ce groupe linguistique.

On distingue entre mongole ancien et nouveau. Ce dernier est écrit avec de nombreuses règles normalisés sur la forme et la syntaxe, mais elle est très différente du mongol moderne, dans la mesure où celui-ci est un peu plus amorphe sur le plan du langage.

Un script traditionnel mongol apparu entre le neuvième et dixième siècle qui se base sur l'alphabet Uighur. Devenu officiel à partir du 12e siècle, puis développé en 1648 par Zaya Bandida sous une nouvelle appelation « tod » ou écriture « claire » afin de trouver une solution pour les lettres qui pouvait avoir plus de deux tonalités possibles.

Un nouvel alphabet appelé tod, ou « l'écriture claire », fut développé en 1648 par et proposait une variante à l'écriture Uighur. Cet alphabet a pour objectif de structurer un des problèmes de l'écriture Mongole. Pace qu’une lettre pouvait avoir deux ou plusieurs ton possibles. Ce n’est qu’à partir de 1946 que la langue Mongole a adopté définitivement et officiellement l’écriture cyrillique.

Deux alphabets sont utilisés dans la langue mongole. Le premier est cyrillique et l'autre est en alphabet traditionnel mongol. On utilise le premier pour le dialecte khalka du mongol, tandis que le second est utilisé en mongol intérieur.

La Langue mongole se structure avec des mots avec des suffixes et des préfixes sans modifier le radical et paraît assez harmonieuse. Les mots masculins et féminins sont caractérisés par la nature et le nombre des voyelles employés. Ainsi on trouve des mots qui peuvent contenir uniquement des voyelles masculines et vis-versa. Bien que le mongol possède, comme les autres langues altaïques, une harmonie de voyelles et de variations : nominatif, génitif, accusatif, datif, instrumental, comitatif...Cependant, avec l'emprunt de mots anglais modernes et de mots d'argot chinois mandarin, cette règle ne peut pas toujours être observée.

Pour terminer, la langue mongole est la langue officielle du pays de Mongolie. C'est également une langue officielle de la République populaire de Chine. En République populaire de Chine, la langue mongole n'est pas seulement parlée en Mongolie intérieure, mais dans les provinces chinoises de Liaoning, Jilin et Heilongjiang. La langue mongole n'a pas fait le tour du monde et reste majoritairement dans cette région de la Chine et de la Mongolie elle-même.

On estime qu'il compte environ cinq millions de locuteurs, mais le nombre exact n'est pas connu en raison du manque d'informations sur le recensement et du fait qu'il existe de nombreuses tribus ethniques parlant des versions hybrides de la langue mongolienne. En Mongolie, même, la langue mongole est parlée par environ 2,5 millions de personnes.