HISTOIRE DE LA LANGUE ISLANDAISE

 La langue islandaise appelée islenska est une langue indo-européenne, qui, au sein du rameau des langues germaniques, appartient au groupe des langues nordiques. Les langues du germanique du nord sont parlées principalement dans les pays scandinaves. Elles procèdent du vieux norrois parlé par les Vikings ; lequel a évolué en deux directions : Une branche orientale et une autre occidentale. La langue islandaise fait partie de cette dernière branche avec le norvégien (bokmål et nynorsk), et le féroïen. Elle reste cependant très particulière par rapport aux autres langues scandinaves.

Le Danois, le suédois et le norvégien demeurent intelligibles entre eux. Leurs locuteurs sont incapables de comprendre et de lire l’islandais. Les interlocuteurs islandais, par contre, sont capables de décoder toutes les autres langues scandinaves, y compris le féroïen. En effet, à la différence de toutes ces langues, l’islandais a conservé toutes les principales caractéristiques du vieux norrois inchangées, depuis le XIIe ou le XIIe siècle.

De ce fait, en Islande, n’importe quel enfant peut lire un texte écrit en islandais du XIIe siècle, sans avoir recours à la traduction, ce qui serait impensable, par exemple, pour un Suédois, mais aussi pour un Français, un Allemand, un Espagnol, etc., lisant un texte ancien dans sa langue. L’islandais est donc, la langue nordique qui a subi le moins de changement par rapport aux autres langues de même origine : Elle a conservé de très nombreux archaïsmes d'origine indo-européenne.

 Les seules changements remarquables, connus par cette langue, concernent la prononciation et le vocabulaire pour s’adapter au monde moderne. L’absence de dialecte est une autre spécificité de l’islandais.

Il n’existe pas de différences linguistiques en Islande. Les différents dialectes importés en Islande par les immigrés norvégiens ont fini par disparaître avec le temps. Étant donné que l'Islande est un pays plutôt petit, la fragmentation dialectale n'a pu se faire.

   L’islandais est réputé pour être une langue difficile, avec une grande richesse de vocabulaire (peu influencé par les emprunts étrangers) avec ses abondants néologismes locaux, une grammaire assez complexe (trois genres grammaticaux et quatre déclinaisons). L’islandais s’écrit avec l’alphabet latin. Il existe 32 lettres.

Trois lettres sont caractéristiques de l’islandais : le Æ (æ), le Ð (ð) et le Þ (þ). Les deux dernières lettres sont très proches du « th » anglais . Les lettres C, W, Q et Z n’existent pas en islandais. Autre particularité de l’alphabet islandais : chaque voyelle a deux prononciations possibles.
Pour les différencier, les voyelles sont marquées ou non d’un accent. Ainsi, on prononce la lettre A : [a] et la lettre Á : [au].

 Par ailleurs, la langue islandaise a peu d’emprunts ou de mots étrangers : Une commission linguistique étatique est chargée de créer des mots pour chaque nouveau concept en modifiant ou en créant de nouvelles associations de mots. L'islandais est la langue officielle de l’Islande où elle est la langue maternelle d'environ 300 000 personnes

Notons que les soldats américains et britanniques installés en Islande utilisent leur langue maternelle. L'Islande ne possède pas d’armée ; c'est pourquoi la défense de ce pays est assurée par les États-Unis et les anglais (et par des accords avec l’OTAN). Les autres immigrants vivant en Islande, parlent leur langue maternelle et l’anglais, et beaucoup d'entre eux ne parlent pas l’islandais. L'anglais joue donc le rôle d'une langue véhiculaire en Islande, mais c’est aussi une langue qui est souvent utilisée à la radio et à télévision islandaise et les universités